Mes nouveux locataires…

“On ne choisit jamais un chat : c’est lui qui vous choisit.” De Philippe Ragueneau / L’Histoire édifiante et véridique du chat Moune

Elle est arrivée par un beau matin du mois d’août… aguichante, avec des yeux de biche éplorée, elle a conquis de son regard le coeur de l’Homme Senior.  Je peux la comprendre, j’ai vécu cela il y a 13 ans déjà.  Du haut de ses quatre petites pattes, elle est venu se « lover » sur son mollet en ronronnant.  Ça y était, l’aventure venait de débuter.

Lui, est le fruit récolté d’une grande peine, ayant perdu notre biche du début qui avait décidé d’aller voir si meilleure home elle pourrait trouver ailleurs… Celui-là, nous l’avons choisi.  Pour sa prestance, sa force émanant de la vision que l’on en avait, pour ses yeux curieux qui semblaient dire « adoptez-moi, vous aurez du plaisir et moi je sortirai de la SPCA »… Il semblait bien calme quand nous l’avons rencontré la première fois.

Depuis, ces deux faces de pwell cohabitent avec nous.  En fait, je ne sais plus trop qui habitent avec qui.  A les voir se trémousser dans notre maison, y faire le marathon chaque matin,on a davantage l’impression qu’ils nous ont assaillis et que ce ne sont pas des chats que nous avons adoptés mais carrément des envahisseurs !

Ça vous change une vie un chat croyez-moi.  Leurs plus grands fans vous diront « mais voyons, c’est plus tranquille qu’un chien »… Je crois qu’ils ne se fient qu’au leur parce que moi maintenant que j’en ai deux, je suis à même de constater combien ils peuvent être différents l’un et l’autre et combien ça peut brasser de l’air dans la cabane ! Ils peuvent déplacer les meubles et la poussière enfouie dessous en quelques secondes, comme un sprinter !

Léo, c’est le mâle alpha, de par sa grande confiance en lui, c’est le Roi Lion de la maison.  Il a la crinière épaisse comme ce grand félidé, il vole la viande si vous l’oubliez quelques minutes devant vous, il attaque sa soeur féline sans vergogne, la seule différence  avec le grand Roi de la jungle est qu’il ne rugit pas, rien de moins !  Moi qui croyait avoir sauver la vie d’un chat, j’ai plutôt découvert un grand fauve !

Bébé, elle, c’est l’aguicheuse de service.  Vous êtes trop occupé, elle va aller vivre chez le voisin pendant quelques jours histoire de vous faire comprendre qu’elle a besoin d’attention.  C’est notre petite victime.  Quand elle est réprimandée, elle boude, oui, oui !  Elle fait la moue avec sa gueule… c’est vraiment drôle la première fois qu’on en fait la découverte.  Elle grogne si elle n’est pas contente de son sort.. bref c’est notre princesse.  Elle ronronne de contentement ou rugit de colère.  Une vraie impératrice je vous dis !

Ces deux-là ont littéralement changer notre maison qui était un havre de paix en celle d’une famille avec jeunes enfants mouvementés.  Plus question de dormir tard le matin.  Ils nous sautent dessus, ils jasent, ils courent partout, jusqu’à ce que nous nous levions du lit.  J’ai maintenant une arme de destruction massive à côté de mon lieu de repos la nuit : une bouteille de spray qui vous envoie un jet d’eau assez fort pour vous mouiller presqu’en entier le Roi Lion !  Heureusement que l’eau existe car il n’y a rien à l’épreuve de Léo.  Lui, il a compris depuis longtemps que le lion est le roi de la jungle !

Bébé de son côté vous enverra un gentil coup de patte sur le nez en jasant… c’est sa marque que voulez-vous.  Plus discrète que Léo, elle ne vous en réveille pas moins l’être humain à 5 h 30 du matin !  Après vous avoir sorti des bras de Morphée, elle vous regarde en maugréant un peu l’air de dire « t’en as mis du temps, j’ai faim moi »…  je songe à ne plus dormir, histoire de ne plus me faire réveiller…

Et puis il y a l’arbre de Noël… chez-nous, c’est une tradition.  Nous aimons cet élément ornemental qui nous rappelle notre enfance.  J’y mets du temps, je le cajole mon arbre.  Chaque année j’y ajoute un jouet, une babiole choisie avec plaisir.  Cette année, je peux vous dire qu’il est devenu une source de déplaisir avec mes deux colocs qui s’en donnent à coeur joie tournant autour pour en faire sonner les boules en tirant ici et là sur un collier, arrachant une décoration.  La poisse, je pense que je vais abandonner l’arbre de Noël finalement…

Ah, j’oubliais que je songe aussi à ne plus prendre de vacances.  Non mais lire sur un sofa bien tranquille ça ne se peut plus ! Dès que je m’enroule dans une couverture avec un livre, les deux comparses se mettent à courir partout dans la maison, à tourner autour de moi comme des toupies, à se rouler par terre en grognant leur vie comme s’ils allaient se dévorer… Terminus le moment tranquille.  Pour lire maintenant je dois sortir de la maison.

Vous l’avez compris, je caricature ma nouvelle vie de maman chat histoire de rire un peu.  Mais, il y a quelques vérités là-dedans quand même.  J’adore ces bestioles indépendantes que sont les chats, qui ne se soumettent que pour manger et ronronner.  Elles vont bien avec moi, je n’ai pas plusieurs heures par jour à consacrer à un animal, j’ai donc besoin d’une bête aussi sensible que moi à son indépendance puisque j’ai souvent moi-même un tempérament félin.

Toutefois, je me dois d’avouer que ces chats que nous avons adoptés l’automne dernier ont rempli notre maison d’une belle lumière et ont été rassembleurs.  Nous sommes trois adultes à vivre sous le même toit et nous sommes tous très occupés,ayant toujours mille activités et autres trucs à faire chacun de son côté.

Ces petites bêtes nous ont permis de nous rassembler un peu plus car elles exigent de nous que nous leur donnions des soins, des caresses, des jeux, que nous leur parlions et tout le tralala du chat.. Elles nous sortent alors de nos petites affaires personnelles.  On joue avec elle collectivement, on se demande un et l’autre de les nourrir, d’en prendre soin, bref, nous avons maintenant deux êtres de plus dans la maison pour nous rappeler que la famille et l’unité c’est tellement important.

La morale de ce long billet sur mes nouveaux colocataires est que si vous avez envie d’un animal pour Noël, c’est si beau à donner en cadeau, songez-y deux fois avant d’aller en acheter un.   Il faut les aimer beaucoup, accepter leur personnalité, leur façon de vivre.  Bien sûr, ils auront aussi à faire un bout de chemin  avec vous mais ce n’est jamais complètement comme on le voudrait.  Il faut leur laisser de la place, en prendre soin et leur transmettre de l’affection.  Ce ne sont pas des bibelots qui feront le pitre quand ça vous chantera mais plutôt des êtres vivants dont vous devrez prendre soin des années durant.

Je ne regrette point mon expérience et je vais prendre soin de mes chats même si je dois faire preuve d’adaptation.  Dans mon cas, c’était une décision réfléchie d’avoir un animal.  Mais si vous ne vous sentez pas capable ou n’avez pas la vie pour ça, laissez tomber, quelqu’un d’autre adoptera cette petite boule de poil dont vous rêvez et surtout saura en prendre soin de la bonne façon.

Sur ce, bon 23 décembre !

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Vos idées m'intéressent ! Laissez-moi un message :o)

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s