Se connaître oui, être soi-même plus difficile …

Deuxième question existentielle du livre de Nicolas Sarrasin « Se poser les bonnes questions » dans lequel je suis replongée depuis quelques jours.

Les fins d’année sont pour moi toujours un moment de réflexion, d’orientation.  Je fais le bilan, je me questionne sur la prochaine année.  Bref, je regarde en arrière quelques minutes pour mieux me préparer à foncer par en avant.

Se connaît-on vraiment toujours bien ?  Bien sûr, avec les années, on en apprend un peu plus sur soi.  Mais il y a tant d’influenceurs.  Les autres par exemple, qui nous bombardent de « tu devrais », de « si j’étais toi », de « fais-le donc », etc.

Les événements de la vie aussi qui nous lancent continuellement des perches pour que l’on passe de droite à gauche et de gauche à droite.

Difficile de rester vraiment soi-même sans être influencé par l’extérieur de soi, la société, et tout le reste.  Voilà la difficulté.  Se connaître c’est une chose, mais rester soi-même en est une autre.

Chaque nouvel événement, activité, rencontre, d’ailleurs nous façonnent.  La connaissance de soi est donc un exercice infini.

Il y a aussi le déni de soi.  Ne pas vouloir croire, ne pas vouloir voir, c’est tellement plus facile que de faire face à ce qui se passe vraiment.  Plein de gens se cachent dans le déni et le pire c’est qu’ils ne le savent même pas.  Un jour, quand ils auront appris à mieux se connaître, ils découvriront qu’ils étaient dedans.

Mais concentrons-nous plutôt sur nous-même.  Les autres, on ne peut rien y changer.  La seule influence que nous avons est en nous et sur nous.  Ça pour moi c’est très clair.

Ce qui est le plus difficile serait-ce donc de demeurer authentique ?  Car on a bien beau se connaître, si ce que l’on est n’est pas ce que la société ou notre environnement attend de nous, que déciderons-nous ?  De nous ajuster ou d’imposer qui nous sommes ?  Bonne question… it depends n’est-ce pas ?  Les circonstances, le contexte, d’autres influenceurs…

La société possède un fort pouvoir d’influence de nos jours… ne serait-ce que sur l’apparence physique.  Combien de personnes se forcent tous les matins à maigrir, s’entraîner comme un athlète ou autre discipline, dans le seul but d’avoir une belle enveloppe corporelle ?  Combien de personnes sont rongées par leur apparence physique n’arrivant pas à s’accepter telles qu’elles sont ?  Plus qu’on ne le croit.  Pourtant, ce corps de devrait-il être qu’un moteur servant à nous propulser plutôt que de servir de pouvoir d’attraction ?

Les événements que l’on laisse nous balloter au gré de nos émotions sont un influenceur de catégorie A majuscule !  Combien de fois ne vous est-il arrivé de vous laisser aller sous le coup de l’émotion et par la suite vous dire « ce n’est pas du tout ce que je voudrais dire ou faire » …

Résultat, on apprend avec le temps à se connaître mais rester soi-même est difficile et ne pas se laisser influencer encore plus.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

4 Comments Add yours

  1. ermite-athee dit :

    Très intéressant !
    Je vais bientôt atteindre le cap des 60ans…Et cette question m’est venu à l’esprit il y a peu ….La conclusion en ce qui me concerne est que je me connais réellement , je suis  » égal à moi même  » ….Avec une interruption de quelques années : Celles de mon dernier mariage ,mariage durant lequel elle m’a amené à changer . Changer d’apparence en particulier et essayer de changer ma vision des choses , de la vie . Maintenant , je suis à nouveau seul et vis comme je l’entends ;en assumant ma maladie ( épilepsie) , sachant que je peux compter sur mon fils ( que j’ai élevé seul depuis l’âge de 6 mois ) ….Tout cela pour dire que je suis <> ; Et le pire ( ou le mieux ? ) est que j’en suis fier ….Je ne suis pas la mode vestimentaire , ni physique ( j’ai les cheveux très long par exemple )…En bref , je dirais que je ne suis pas dans la masse , ne suis pas le troupeau ….Ne suis pas de ceux qui partent en vacances tous les ans à la même date , au même endroit lol , je n’aime pas les réunion de famille ou chacun essaie de faire bonne figure et critique son voisin dès qu’il a le dos tourné etc…..Enfin , je sais que je suis tolérant , mais ma tolérance à pour limite le racisme ,fascisme . Je suis athée ,chacun le sais dans mon entourage etc……Je termine ma vie en me disant que je n’ai jamais fait de mal à personne consciemment même si on m’a fait mal et pour moi c’est satisfaisant ….
    Désolé :J’ai été assez confus dans mon commentaire , c’est que parler de soi n’est pas toujours facile .
    Francis

    J’aime

    1. natars1966 dit :

      Wow ! Francis, je pense sincèrement que vous êtes effectivement quelqu’un qui s’assume et se connait bien. Et non, ce n’est pas facile parler de soi, j’en sais quelque chose pour avoir choisi de faire renaître ce blogue ! Continuer d’être vous-même c’est un cadeau que vous vous faites et la vie n’en sera que plus riche pour vous.

      J’aime

      1. ermite-athee dit :

        Merci
        J’ai fait du mieux que j’ai pu pour  » me résumer » ..J’aurais encore beaucoup de choses à dire sur ma vie qui n’a pas toujours été facile , je crois que c’est maintenant que je prends ma revanche lol
        A bientôt
        P.S : Il est recommandé de me tutoyer mdrrr
        P.S 2 : J’aimerais en savoir plus sur vous , j’espère découvrir au fil de  » entre vous et moi  » ?
        A bientôt sur mes blogs ?
        Bises
        F.

        J’aime

  2. Bonjour,

    La société, les événements, les autres, essayent de nous ballotter comme tu le dis si bien…

    Je te cite un texte de Krishnamurti.

    Être à soi-même sa propre lumière : là est la vraie liberté
    Il faut être à soi-même sa propre lumière.
    Cette lumière est la seule et unique loi : il n’en existe pas d’autre.

    Etre à soi-même sa propre lumière, c’est refuser de suivre la lumière d’un autre, si raisonnable, si logique, si exceptionnel, si convaincant soit- il.
    Vous ne pouvez pas être votre propre lumière si vous êtes plongé dans les ténèbres de l’autorité, des dogmes, des conclusions hâtives.
    La morale n’est pas une émanation de la pensée, ni l’effet des pressions exercées par le milieu ambiant, elle ne relève ni du passé ni des traditions. La morale est enfant de l’amour, et l’amour n’est ni le désir ni le plaisir. La jouissance, sensuelle ou sexuelle, n’est pas l’amour.

    Etre à soi-même sa propre lumière : là est la vraie liberté – et cette liberté n’est pas une abstraction, elle n’est pas le fruit de la pensée.
    Etre authentiquement libre, c’est être affranchi de toute dépendance, de tout attachement, de toute soif d’expérience.

    La Lumière…rien d’autre ne compte que la Lumière. Voilà ce qu’est l’Amour…

    Krishnamurti : (Cette lumière en nous)

    Ces écrits de Krishnamurti me parlent très profondément.
    Ils réveillent des choses qui sont déjà tout au fond de moi…

    Tout part de « soi »… Tout est en moi…
    Je n’ai qu’à faire le vide ….Et laisser la source jaillir…
    Toutes les peurs s’envolent…
    Et le mot « Liberté » prend toute son ampleur…
    L’Amour est là…
    Le voir et …..c’est déjà trop tard…
    On est intoxiqué à jamais…

    Jacques

    J’aime

Vos idées m'intéressent ! Laissez-moi un message :o)

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s