Un monde de noirceur…

Image

Chaque nuit, Karen faisait d’épouvantables cauchemars … ___ Graham Masterton

Bien des lignes ont été écrites sur ce livre qui fut publié pour la toute première fois en 1975. Je viens d’en terminer la trilogie de cet auteur à succès : Masterton. Je ne le connaissais pas, Manitou est l’une de ses grandes œuvres. Je vais sûrement lire d’autres histoires de cet écrivain qui aime l’horreur autant que notre ami King.

Je ne suis pas particulièrement adepte de l’environnement et de la culture indienne. Après la lecture de ce livre, j’ai plus de compassion pour cette communauté terrestre. Je comprends mieux leur déracinement au niveau de leurs terres, bref, une belle façon de se sensibiliser à leur passé et à ce qu’ils ont perdu au détriment de l’homme au « visage pâle ».

La trilogie débute avec le Dr Hugues qui après avoir accepté de répondre à la sonnerie du téléphone vivra un moment de sa vie bien particulier et étrange. On lui fait rencontrer une patiente dont l’état est plutôt extraordinaire. Elle a une bosse à la base de la nuque, mais pas n’importe laquelle, une espèce d’excroissance qui ressemble à un fœtus… Avouez que ça intrigue dès le départ… Le Dr Hugues, spécialiste en tumeur, va être tout particulièrement attiré par le sujet.

Arrive en scène rapidement Erskine, un homme qui gagne sa vie en lisant dans les feuilles de thé, les cartes et les lignes de la main. Il n’est pas médium pour deux sous mais va fréquenter dans cette aventure qui s’étalera sur plusieurs années, bien des gens qui peuvent connecter avec l’au-delà. Il en sera fasciné et on doit lui donner cela, y développera un courage qu’il ne se connaissait pas.

Dans le deuxième tome, La vengeance du manitou, on suivra un petit garçon de huit ans qui a des visions, connecte avec des fantômes et a peur, très peur. Son père finira par percevoir lui aussi ce qu’il ressent mais personne ne veut le croire. On le croit fou. Pourtant la chambre de son fils et toute sa maison est possédée… Ce tome est celui qui est le plus disons « empêcheur de dormir » … On y côtoie davantage les esprits indiens. Et on se revoit tout petit enfant la tête sous les draps et la peur au ventre ! Encore là, Eskrine va intervenir pour confronter l’un des grands esprits indiens voulant reconquérir le royaume de son peuple : Misquamacus. Des maisons incendiées, des meurtres, tout est permis dans ce tome où l’on suivra nos héros, car pour moi, Eskrine n’est pas le héros du livre mais le fil conducteur, dans une course folle et un combat intense et acharné contre des esprits maléfiques en mal de renaître.

Enfin, 400 pages plus loin, on débute le troisième tome, L’ombre du manitou, où l’on se transporte à New York pour retrouver certains personnages des tomes précédents dont Amélia et Karen. Deux femmes qui sont importantes pour Eskrine. Tout débute avec le sort de Naomi qui va être victime d’un événement télékinétique assez intense dans sa propre maison. Son mari est au désespoir, il fait donc appel à Eskrine pour venir lui donner un coup de main et tenter de sauver sa femme de ses esprits qui ont envahit sa tête… Un grand défi attend ici Eskrine qui devra aller chercher de l’aide comme à l’habitude puisqu’il n’a pas une once de talent comme médium étant davantage un profiteur des forces occultes pour gagner son pain quotidien.

On pensera Naomi schizophrène, dédoublée en personnalité, mais bien vite on va comprendre qu’elle est possédée et par un démon plus fort que tout ce que Eskrine aura affronté avant elle. Martin Vaisey le médium qui va venir en aide à Eskrine en apprendra quelque chose qui modifiera le cour de sa vie.

La finale est grandiose. Vous serez éberlué, lecteur, par l’audace de l’auteur qui fera en sorte que maintes villes américaines soient anéanties en moins de deux et de façon assez spectaculaire. La vie ne tient qu’à un fil ou à une plume pour jouer avec les mots ici. Pendant ce temps, Karen qui a été enlevée par une force maléfique, fera vivre à Eskrine des émotions fortes. Une scène de sexe dans une chambre d’hôtel m’a particulièrement étonnée.

Les noirs et les indiens ne feront finalement qu’un pour anéantir les mauvais américains blancs. De quoi faire réfléchir toutes les nations croyez-moi. Et je m’arrête ici, car bien sûr, il faut vous donner le goût d’aller de l’avant et de passer à la bibliothèque ou la librairie la plus proche et prendre dans vos mains pour des heures de découverte, ces trois tomes magiques et surtout mystiques…

Ana qui trotte vers une pause littéraire avant le prochain roman …

Vos idées m'intéressent ! Laissez-moi un message :o)

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s