Les Anonymes …

“Washington.  Quatre meurtres.  Quatre modes opératoires identiques”.

Deux policiers font équipe pour retrouver un “serial killer” qui laisse une signature bien précise.  Nous sommes plongés dans l’enquête des plus classiques.  Même pas de policier héro, le personnage principal, Miller, nous apparaissant souvent comme un inspecteur moyen, brillant, mais sans plus.

Curieux, il va pousser l’aventure plus loin cherchant à comprendre pourquoi certaines victimes semblent avoir endossé une fausse identité.  Ayant très peu d’indices, nageant souvent dans le néant, son coéquipier Roth et lui même, vont passer par plusieurs gammes d’émotions tout au long de leurs recherches.

A travers le récit, des bribes d’un journal intime dont on va vivre à travers les évènements, le ressenti du présumé tueur.  Son enfance, ses relations, sa profession, tout va y passer.

Le livre débute par “elle est debout dans la cuisine.  Elle retient un instant son souffle”.  J’ai débuté ce livre en marchant sur mon tapis roulant… sourire …  Assez fracassant je l’avoue comme mise en scène de départ.  On vit avec la victime sa mort, ce qu’elle ressent lors de ses dernières minutes.  Nous sommes avec elle en pensée.  J’avais presqu’envie de me retourner tous les deux minutes sur le tapis tellement ça sonnait la réalité.

Plusieurs personnages vont foisonner l’histoire.  Natasha Joyce en sera une différente.  Car souvent, il y a les méchants et les bons qui vont vouloir contribuer avec nos deux enquêteurs à déceler ce qui est vrai du faux.  Car dans ce livre, on nage en plein chaos.    Tout va d’ailleurs se passer très vite puisque les 700 pages se déroulent en fait sur deux semaines de vie de nos deux policiers.

Le journal intime qui revient régulièrement nous amène le point de vue du tueur.  Mais qui est-il ?  On finit par douter, voire même songer que cela pourrait être l’un de nos deux enquêteurs… on jase là … Clignement d'œil  Parfois le journal était pour moi trop détaillé en évènement de guerre… je ne suis pas dotée d’une grandeur d’âme patriotique, je dois l’avouer.  Mais en même temps, c’est assez bien ficelé.  Ça pourrait être une histoire de coulisse utilisée, du déjà vu, qui sait …

Le Professeur John Robey sera un personnage important dans l’enquête.  Énigmatique, intelligent, sarcastique, on ne sait trop si on l’aime ou non.  En fait, il est tellement mystérieux avec toutes ces énigmes qu’il tente de présenter à Miller qu’on en vient à le trouver un peu compliqué.  Miller est convaincu pourtant qu’il est la clé de toute l’histoire.   Ils ne se quitteront que dans l’infini …

Miller n’est pas un policier qui aime le standard, il jouera des cartes parfois illégales pour se procurer des informations.  Sa réputation est faite, il ne passe pas pour un blanc comme neige…. mais est-il vraiment si noir qu’on nous le laisse croire au début du livre.  On apprend à le connaitre lui aussi.

Même à la toute fin, cette histoire de meurtrier au ruban nous questionne.  On ne veut pas lâcher la bride avant de savoir et les pages avancent, avancent… jusqu’à ce qu’enfin le dénouement arrive un peu tranquillement mais sûrement.

Une histoire bien ficelée, beaucoup de personnages ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas trop sur le même thème.  Parfois un peu long dans les détails de l’enquête ou les dialogues, mais sans exagération, c’est digestible.

Pour moi, pas un si grand thriller que ce que j’avais imaginé mais un livre que j’ai aimé lire et qui m’a intriguée …

Ana à la découverte d’un prochain livre…

Publicités

Vos idées m'intéressent ! Laissez-moi un message :o)

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s